Nouvelles de la Porte et du Corridor, édition 2009

Contenu supplémentaire

Avancer même en temps de crise

Les promoteurs de l’Initiative de la Porte et du Corridor de l’Asie-Pacifique (IPCAP) sont vite passés de la parole aux actes. En deux ans, le gouvernement du Canada et ses partenaires, les gouvernements de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba ainsi que les municipalités et le secteur privé, ont annoncé des projets d’infrastructure stratégiques de plus de 2,6 milliards de dollars, incluant des contributions fédérales de près de 1 milliard de dollars.

L’Initiative se poursuit par ailleurs sur cette lancée. Le respect des engagements antérieurs, l’amélioration continue du réseau de la Porte et du Corridor et des mesures allant au-delà de l’infrastructure sont autant de dimensions d’une action soutenue. La vision globale des investissements multimodaux, des politiques et des opérations de grande envergure font de cette initiative publique-privée une priorité du Canada. Pourquoi? Parce qu’elle relie les régions de l’Amérique du Nord à celles de l’Asie-Pacifique de manière plus efficace et fiable, au profit des collectivités locales, de l’économie canadienne et des partenaires commerciaux du Canada.

Budget de 2009 : Stimuler l’économie, améliorer les échanges commerciaux, la sécurité et la sûreté des frontières

Le gouvernement du Canada a annoncé d’importants investissements dans le budget de 2009, qui auront un impact positif sur le commerce et le transport dans l’ensemble du pays, plus particulièrement dans l’Ouest canadien. Inspiré des engagements antérieurs en matière d’infrastructure, le budget de 2009 prévoit un fonds de stimulation de l’infrastructure de 4 milliards de dollars sur deux ans visant à investir dans une infrastructure plus moderne et plus verte, mais aussi à la renouveler.

En plus de ce fonds, le budget de 2009 prévoit une somme de 72 millions de dollars pour améliorer la sécurité des chemins de fer et 130 millions pour mener à terme le projet d’élargissement de la Transcanadienne dans le parc national de Banff. De plus, le gouvernement investira 80 millions de dollars pour que la frontière canado-américaine demeure sûre et que les passages frontaliers terrestres soient plus efficaces, en modernisant et en agrandissant les installations de services frontaliers. Le temps de traitement des inspections approfondies et des expéditions commerciales sera ainsi réduit, et l’Agence des services frontaliers du Canada pourra améliorer son infrastructure dans le nord de la Colombie-Britannique. Cette année, quelque 14 millions de dollars seront aussi investis pour soutenir la mise en œuvre d’un nouveau programme de sûreté du fret en partance des aéroports canadiens.

Construction de la route périphérique sur la rive sud du fleuve Fraser

Le 12 janvier 2009, le premier ministre Stephen Harper et l’honorable Stockwell Day, ministre du Commerce international et ministre de la Porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, se sont joints à Gordon Campbell, premier ministre de la Colombie-Britannique, pour l’inauguration des travaux de construction d’une route périphérique sur la rive sud du fleuve Fraser, un important projet conçu pour faciliter les échanges commerciaux avec l’Asie-Pacifique.

Le gouvernement du Canada et la province investiront respectivement 365 et 635 millions de dollars pour faciliter les liens entre les installations portuaires, les cours de triage et les secteurs industriels avec les routes 1, 91 et 99. Cette nouvelle route provinciale de 40 km à quatre voies permettra de meilleures liaisons de transport pour les résidents et l’industrie, tout en réduisant la congestion des routes existantes dans l’agglomération de Vancouver.

« Le périphérique de la rive sud du fleuve Fraser est un exemple concret de collaboration entre deux ordres de gouvernement qui prennent les mesures nécessaires pour protéger dès aujourd’hui l’économie du Canada et consolider ses fondements pour l’avenir, » a déclaré le premier ministre Harper. « Je suis heureux que les deux ordres de gouvernement aient pu, dès cet automne, mettre la dernière main à une entente et faire débuter peu après les travaux.»

Table sur le rendement de la Porte

Dans la conjoncture économique actuelle, les gouvernements, les entreprises et les travailleurs doivent avancer de manière constructive pour avoir un aperçu de l’ensemble des enjeux en matière de rendement et de compétitivité dans la chaîne d’approvisionnement de la Porte et du Corridor. C’est pourquoi le gouvernement fédéral, avec ses partenaires, a créé la Table sur le rendement de la Porte qui est constituée d’un groupe d’intervenants. Ce groupe s’est réuni le 5 décembre 2008 et le 20 février 2009. La Table a été formée pour rassembler les principaux intervenants de la chaîne d’approvisionnement afin qu’ils se penchent sur des façons d’augmenter l’efficacité de toute la chaîne pour ensuite formuler des recommandations à l’intention des ministres qui garantiront la compétitivité de la Porte jusqu’en 2020 et au delà. La Table, qui met l’accent sur les pratiques exemplaires à long terme pour permettre à la côte ouest canadienne de livrer concurrence sur les marchés mondiaux, se veut une tribune productive pour que les parties délibèrent dans un lieu propice à la discussion.

Meilleure utilisation de nos cours d’eau

Le 5 septembre 2008, le gouvernement du Canada a annoncé des investissements allant jusqu’à 20,9 millions de dollars dans cinq projets de transport maritime à courte distance dans le Lower Mainland, en Colombie-Britannique. Il s’agit d’un investissement conjoint éventuel de 42,6 millions de dollars avec les fournisseurs de services de transport du secteur privé. Le transport maritime à courte distance est une activité multimodale qui intègre le mouvement maritime des marchandises entre des points relativement proches les uns des autres, sans traverser un océan, comme le long des cours d’eau et des côtes, et sur des lacs.

Voici les cinq projets :

  • Navette du fleuve Fraser (contribution pouvant atteindre 5 millions de dollars à Coast 2000 Terminals);
  • Poste d’amarrage à courte distance de Deltaport (contribution pouvant atteindre 2,35 millions de dollars à TSI Terminal Systems);
  • Poste d’amarrage à courte distance de Vanterm (contribution pouvant atteindre 1,95 million de dollars à TSI Terminal Systems);
  • Terminal à conteneurs Apex de Mountain View (contribution pouvant atteindre 7 millions de dollars à Seaspan International);
  • Rampe de barges porte-wagons pour Southern Railway of BC (contribution pouvant atteindre 4,6 millions de dollars à Southern Railway of BC).

Cet investissement représente un grand pas en avant pour l’IPCAP et le réseau de transport de la Colombie-Britannique, car il contribue à accroître la productivité et la compétitivité de l’économie canadienne, à améliorer l’efficacité et la sécurité, puis à réduire les bouchons de circulation et l’émission de gaz à effet de serre dans le Lower Mainland.

Importants investissements dans l’infrastructure sur la rive nord de l’inlet Burrard

En mars 2009, le gouvernement du Canada, la province de la Colombie-Britannique, Port Metro Vancouver, TransLink, des municipalités locales et le secteur privé se sont engagés à investir plus de 225 millions de dollars dans cinq projets d’améliorations de l’infrastructure sur la rive nord de Vancouver, qui amélioreront les activités ferroviaires et portuaires et contribueront à édifier la Porte et le Corridor canadiens de l’Asie-Pacifique. Grâce à l’IPCAP, le gouvernement fédéral s’est engagé à verser jusqu’à 75 millions de dollars pour ces projets d’infrastructure le long de la rive nord de l’inlet Burrard. La zone commerciale de la rive nord constitue un lien essentiel aux marchés d’outre-mer pour l’exportation de produits et manutention de plus de 35 % du volume total de marchandises qui transitent dans le port de Vancouver, évaluées à plus de 7,7 milliards de dollars en 2007. (voir la carte)

Occasion de réseautage des transitaires

En septembre 2008, le gouvernement du Canada a été l’hôte d’une rencontre de représentants des industries canadienne et chinoise des transitaires et autres intervenants de l’IPCAP, à l’occasion d’un événement de réseautage, durant le congrès mondial de 2008 de la Fédération internationale des associations de transitaires et assimilés (FIATA) qui s’est tenu à Vancouver, C.-B.

Parmi les invités se trouvaient des membres de la China International Freight Forwarders Association (l’Association chinoise des transitaires internationaux – ACTI), une organisation nationale chapeautée par le ministère chinois du Commerce. L’Association compte plus de 500 membres, dont des associations de transitaires internationaux de chaque province, ville ou région autonome, de 97 membres du conseil et de 48 membres permanents.

Leadership dans le réseau de services portuaires de l’APEC

Au sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) tenu au Vietnam en novembre 2008, le premier ministre Stephen Harper, de concert avec tous les dirigeants de l’APEC, a accordé son appui à l’initiative du réseau de services portuaires de l’APEC (RSPA), proposée par le président chinois, Hu Jintao. Le 3 novembre 2008, le Conseil du RSPA a nommé à l’unanimité son président, M. Jerry Rysanek, directeur de Politique maritime internationale à Transports Canada. Depuis plus de 20 ans, M. Rysanek participe à la négociation d’ententes et de traités maritimes internationaux, et il a acquis une réputation extraordinaire parmi les pays membres de l’APEC. En mai 2009, le Canada a été l’hôte d’une réunion intérimaire du conseil du RSPA à Vancouver.

Le RSPA veut libéraliser et faciliter le commerce et les investissements, ainsi qu’améliorer la sûreté de la chaîne d’approvisionnement par l’accroissement de la coopération économique, le renforcement des capacités et l’échange d’information entre les ports et les industries et services connexes dans la région de l’Asie-Pacifique.

Promouvoir les chemins de fer et les ports du Canada aux États-Unis et en Asie

Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI) a dirigé une délégation de représentants des principaux services portuaires et ferroviaires du Canada lors de trois missions commerciales aux É.-U. et en Asie. Le réseau de transport canadien a été mis en valeur auprès de quelques-uns des plus grands importateurs et exportateurs transpacifiques. Les réunions interentreprises ont permis ce qui suit :

  • mettre en évidence les faits nouveaux liés à l’infrastructure de transport du Canada;
  • affermir la position concurrentielle du Canada par rapport aux chaînes d’approvisionnement mondiales entre l’Asie et l’Amérique du Nord du point de vue de la fiabilité et de l’efficacité;
  • présenter la proposition de valeur liée à l’utilisation des services portuaires et ferroviaires du Canada, corrigeant du coup toute perception erronée.
  • Inspiré par le succès de cette initiative, le MAECI mettra sur pied d’autres activités de sensibilisation aux É.-U. et en Asie en 2009.

La promotion de la Porte touche plus de 5 000 intervenants du secteur du transport aérien

Poursuivant sur la lancée de la mission commerciale sur les services aériens qui a eu lieu en janvier 2008, en Chine, sous la direction du ministre Emerson, le MAECI a fait la promotion active du volet aérien de la Porte canadienne du Pacifique. Trois grands événements internationaux ont eu lieu à l’automne 2008 :

  1. Congrès mondial de la FIATA (Fédération Internationale des Associations de Transitaires et Assimilés) à Vancouver;
  2. Forum mondial sur l’aménagement des routes à Kuala Lumpur;
  3. Forum sur le fret aérien à Kuala Lumpur.

Cette présence au congrès mondial de la FIATA et au forum sur le fret aérien a été rendue possible grâce à un partenariat innovateur avec Cargo Canada. Par ces événements, le Canada a été mis en valeur en tant que porte de choix en Amérique du Nord pour les passagers et le fret aérien auprès de plus de 5 000 décideurs de compagnies aériennes, d’aéroports et d’organisations de transitaires.

Porte à valeur ajoutée

Comme elle est la stratégie en matière de Porte la plus avancée au Canada, l’IPCAP continue de diriger la politique sur les services à valeur ajoutée, qui favorise la prospérité, crée de l’emploi et soutient la croissance économique à long terme. Le gouvernement du Canada explore des changements dans les politiques et les règlements pour stimuler l’activité économique et encourager le leadership et l’investissement par le secteur privé.

La stratégie de Porte à valeur ajoutée vise essentiellement à aider les entreprises canadiennes à mieux exploiter les occasions, comme le transport intermodal, le transbordement, l’entreposage, la logistique, les technologies de l’information et des communications, les finances et le perfectionnement des compétences. L’appui du gouvernement du Canada à la formule d’ajout de valeur est traduit dans le budget de 2009, qui propose de changer le tarif et le traitement des conteneurs maritimes internationaux afin que ces deux éléments cadrent davantage avec la réglementation en vigueur aux É.-U.


Format PDF Téléchargez la version PDF :

Les documents qui suivent peuvent être visualisés ou téléchargés :

Pour consulter la version PDF (format de document portable), vous devez avoir un lecteur PDF sur votre ordinateur. Si vous n'en avez pas déjà un, il existe de nombreux lecteurs PDF que vous pouvez télécharger gratuitement ou acheter dans Internet :



La porte Canadienne de l'Asie-Pacifique