Tokyo (Japon) - le 21 mai 2010

L'allocution de l'honorable Stockwell Day, président du Conseil du Trésor et ministre de la Porte d'entrée de l'Asie-Pacifique, à l'occasion d'un déjeuner de réseautage d'affaires organisé conjointement par les premiers ministres de l'Ouest

D’après une transcription.

Monsieur l'Ambassadeur, nous vous remercions de votre présence ici aujourd'hui, de même que les autres dignitaires et premiers ministres. Mesdames et Messieurs, cela est, je crois, ma quatrième visite au Japon. Le seul regret que j'ai chaque fois que je me rends ici est que ma visite ne dure jamais assez longtemps, et je dois partir trop tôt. Je vais réprimander les membres de mon personnel et leur dire que la prochaine fois, nous devons rester plus longtemps, et je suis certain qu'ils en seront heureux. En fait, je crois que certains d'entre eux vont rester plus longtemps, tandis que je dois retourner à la maison.

À l'une des occasions précédentes, mon épouse voulait également m'accompagner. Il s'agissait de sa première visite au Japon. Et elle a insisté… Elle adore tellement le Japon qu'elle a insisté pour revenir avec moi cette fois. La dernière fois qu'elle était ici, et je crois que la même chose se reproduira cette fois-ci, les indicateurs économiques étaient à la hausse, et je pense que vous le constaterez lorsque vous vérifierez les statistiques sur la consommation. Nous adorons donc venir ici, et nous avons l'intention de continuer à le faire.

Il y a une autre femme qui a certainement retenu mon attention et l'attention de tous les Canadiens, et c'était lors des Jeux olympiques. Les Canadiens sont tombés en amour avec Asada Mao. Sa prestation qui lui a valu une magnifique médaille d'argent. Et elle est tellement populaire au Canada que, si elle se présentait aux élections, je crois que nous serions tous en danger, honorables premiers ministres. Elle est de cette qualité. Je m'attendais à coup sûr aux Olympiques de voir l'équipe canadienne masculine de hockey sur luge remporter l'or. Malheureusement, cela ne s'est pas produit. Mais j'ai eu l'occasion d'assister au match final de hockey sur luge entre le Japon et les États-Unis. Je veux savoir, combien d'entre vous l'ont regardé à la télévision? Bien. Deux l'ont fait. D'accord.

Je veux que vous sachiez que l'aréna, le stade, était comble. Tous les billets ont été vendus. Et, évidemment, il s'agissait surtout de Canadiens qui étaient là, et 90 p. cent des Canadiens qui assistaient au match brandissaient votre drapeau et lançaient des acclamations.

Ce n'est pas que nous n'aimons pas les Américains, au contraire. Mais la rivalité pour tout genre de hockey entre le Canada et les États-Unis est si forte que, vous savez, c'est presque comme aimer tout le monde sauf les Américains. C'est tout simplement comme votre équipe de baseball, les Giants. Je sais qu'ils sont considérés comme l'une des meilleures, mais c'est tout le monde sauf les Giants.

Et pour la saison de sumo, je crois que le tournoi se déroule bien. Il ne me semble pas qu'il y a quiconque qui puisse éliminer Hoko-Ho. Il semble être en solide position, alors je n'en dirai pas plus à ce sujet.

Les réalités de la compétition font partie de notre mode de vie, et la concurrence en affaires est toujours très intense, en particulier à une période où nous sortons peu à peu d'une récession mondiale. Je veux tout simplement vous faire part brièvement de quelques réflexions à ce sujet. Le Canada occupe une solide position sur le plan économique. Le Fonds monétaire international, le Forum économique mondial, l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE), The Economist Intelligence Unit indiquent tous la solidité de l'économie du Canada. Et les pays de l'Ouest affirment que nous sommes un miracle économique. Notre système bancaire est le plus stable dans le monde occidental. Nous n'avons pas connu de crash bancaire. Le taux d'imposition des sociétés et l'impôt sur le revenu des particuliers continuent d'être à la baisse.

Nous n'augmenterons pas - je le répète, nous n'augmenterons pas - les impôts, soit les impôts des sociétés et sur le revenu des particuliers. Nous maintenons la tendance à la baisse. Nous sommes le pays le plus concurrentiel parmi les pays du G20 à cet égard, et nous voulons vous faire très bien comprendre cela, donc lorsque vous observez une hausse des impôts à différents endroits dans le monde, le Canada ne suivra pas cette direction. Nous sommes en voie d'avoir un budget équilibré encore une fois. À la suite de notre plan de relance au cours de la récession, nous nous trouverons de nouveau dans une situation budgétaire équilibrée d'ici l'année 2014, et cela vous donnera même encore plus d'assurance relativement à l'impôt.

Nous continuons également à investir dans la Porte de l'Asie-Pacifique. Nos investissements, dont la somme de 2,8 milliards de dollars que nos ordres de gouvernement ont investie au cours des deux dernières années dans les ports de Vancouver et de Prince Rupert, pas seulement dans les ports mais dans les routes et les lignes de chemin de fer au sud vers les États-Unis, vers l'est à travers la Colombie-Britannique et le centre du pays, dans nos provinces de l'Ouest, continuent d'être intégrés, et nous continuons à investir à cet égard en tant que gouvernements. Nous voulons vous donner cette assurance. Et lors des rencontres avec les principales compagnies de navigation maritime, les vôtres, ici aujourd'hui et hier, nous continuerons à transmettre ce message.

Il s'agit des choses dont nous voulons vous assurer alors que vous prendrez des décisions dans les jours qui viennent. Dans quelques instants, trois premiers ministres s'adresseront à vous, nos trois premiers ministres des trois provinces les plus à l'Ouest. Ils ont accompli un fait qui est sans précédent d'un point de vue historique au Canada. Ils ont fait tout récemment l'annonce d'un partenariat entre les provinces afin de réduire, voire éliminer, les entraves au commerce entre les provinces, d'harmoniser leurs processus de réglementation et d'essayer de supprimer tout secteur de double emploi et d'unir leurs ressources afin qu'elles vous offrent les meilleures occasions d'affaires possibles.

Il se peut que cela ne fasse pas les grands titres de l'actualité au Japon, mais cette annonce que les trois premiers ministres ont faite retient beaucoup l'attention au Canada. Ils ont donné le ton pour les autres provinces au Canada, et ils ont donné le ton pour les autres premiers ministres également.

Il s'agit des choses dont nous voulons vous rappeler. Nous accordons de l'importance à la relation que nous entretenons depuis de nombreuses années. Nous voulons qu'elle se renforce et grandisse. Nous avons établi entre nous des contacts précieux. Je vais conclure simplement par cette réflexion. Le Riesling sec, le vin blanc que vous dégustez en ce moment, provient d'un très bel établissement vinicole dans une région du Canada qui fabrique de merveilleux vins. Et cette bouteille a été faite à une centaine de mètres de chez moi.

J'habite bel et bien tout près de cet endroit. Alors nous sommes très heureux que vous puissiez déguster ce vin et les autres produits que nous offrons. Plus que jamais, nous voulons que vous fassiez de bonnes affaires, d'affaires concurrentielles avec le Canada, et c'est ce que nous sommes préparés à offrir. Merci infiniment. Aisatsu.



La porte Canadienne de l'Asie-Pacifique